Itinéraire ethnographique Odro

 

L'itinéraire proposé permet, surtout dans sa partie plus élevée, la découverte d'un paysage quelquefois inaccessible mais très évocateur et de grande beauté. Il donne aussi le moyen, à ceux qui le souhaitent, d'entrer en contact avec certains aspects significatifs du labeur de l'homme d'autrefois, en particulier ceux liés à la récolte du foin de montagne (ou foin sauvage). Pour un territoire comme celui du Val Verzasca, où manquaient les prés sur le fond de la vallée, les surfaces herbeuses sur les flancs de la montagne étaient précieuses. Elles étaient donc fauchées au prix d'un dur travail, souvent dangereux. Le foin de montagne servait à nourrir vaches et chèvres et ceci spécialement - étant de qualité inférieure - lorsque les bêtes ne produisaient pas de lait. L'activité agricole de fauchage et de récolte du foin, toujours pratiquée à Odro - où il existe aussi la possibilité de restauration et d'hébergement - en font un modèle d'écotourisme.

Foin de montagne et câbles de transport
Odro était un des centres de récolte du foin de montagne. Les pentes les plus escarpées du Pizz Vogorno, inaccessibles au gros bétail, étaient régulièrement fauchées jusque dans les années '50. Le foin était rassemblé en meules et transporté en plaine ou aux alpages à l'aide de câbles de transport. Les paysans qui travaillent en altitude pour faucher les foins vivaient temporairement dans les sprügh, abris rudimentaires de rochers et de pierres. L'exploitation du foin de montagne permettait d'obtenir le fourrage du bétail pour toute l'année. Les traces de ce travail sont encore visibles avec les restes de câbles abandonnés, d'ancrages de câbles, de sentiers taillés dans la roche. Pour comprendre l'importance de cette activité, voici quelques passages du volume de F.Binda, I vecchi e la montagna (Les vieux et la montagne) (Locarno,1983): «Autrefois nous allions tous au foin de montagne, sans exception. Si je te dis que nous fauchions tout le Pizz Vogorno. (...) Quand ils ont arrêté ce travail les câbles sont aussi tombés en ruine. J'en avais un de 1000 mètres, qui arrivait presque sur le Pizz Vogorno, à l'altitude de 2000 m environ. Puis il y avait plusieurs autres tronçons jusqu'à Costa Piana.»

Odro
Odro est un hameau rural situé à environ 1200-1300 mètres d'altitude, sur les flancs du Pizz Vogorno, entre le village de Vogorno (500 m) et l'Alpe Bardüghè (1639 m). On y accède par un sentier raide mais bien aménagé qui suivant l'arête séparant la Valle del Molino de la Valle della Porta, traverse une série de hameau intermédiaires (Colletta, Torlètt, Stavéll, Pidoo). Odro, qui constitue un des hameaux les plus élevés avant les alpages, est formé de quatre petits groupes d'habitations et d'étables (Técc Fond, Ticc Zòtt, Sert, Cim'al Prov). Cet ensemble de hameaux existe depuis de nombreux siècles, comme l'atteste la présence d'une roche à coupelles, au centre de Ticc Zòtt, ainsi que les dates présentes sur quelques bâtiments, remontant au XVII/XVIII siècles.


Sites d'intérêt ethnographique et paysages remarquables

Moulins
Les traces d'un ancien moulin sont encore visibles sous la petite chapelle (v. pt. no. 2), sur le versant gauche de la Valle del Molino. Au milieu du 19e siècle s'y trouvaient deux moulins de propriété de la famille Anselmi.

Chapelle et escaliers
La chapelle est située après le pont, au pied d'un remarquable escalier. On peut observer que le Mont Calvaire, représenté sur la fresque, ressemble à une meule de foin (en dialecte mèda). Accrochées aux murs extérieurs, deux croix en bois nous rappellent les nombreuses personnes décédées en faisant les foins sur les montagnes environnantes. Le thème représenté (la montée au Calvaire), ainsi que la forme du mont, semblent avoir été choisis à dessein.

Oratoire
A Colletta se trouve l'oratoire du 17e siècle dédié à la Madone. L'origine de la chapelle serait liée à la vision de la Madone par un habitant de Vogorno. Aujourd'hui encore, une fois par année, une procession rejoint la chapelle depuis Vogorno.

Forêt de châtaigniers
Le sentier atteint une forêt de châtaigniers composée de magnifiques et imposants exemplaires présents jusqu'à 900 m.

Chemin de crête
A partir de ce point le sentier suit l'arête, une situation fréquente au Val Verzasca, où les constructions d'altitude occupaient souvent les arêtes montagneuses pour mieux s'exposer au soleil et pour s'abriter des avalanches.

Câbles de transport à Stavéll
Sur la crête à proximité de Stavéll on peut observer les points de départ et d'arrivée de quelques câbles. Le fil qui descendait en vallée est ancré à un gros rocher et soutenu par trois poteaux. On remarque aussi les deux battues des câbles qui descendaient de Odro.

Roche à coupelles
Au centre de Odro on peut observer une roche creusée de diverses coupelles, traces exécutées par l'homme dans un lointain passé, mais dont l'interprétation et la datation restent difficiles.

L'exploitation agro-touristique de Odro
Depuis 1996 Jean-Louis Villars et Marlis Solèr vivent en permanence à Odro. Ils ont restaurés quelques bâtiments et exploitent l'alpage avec une quarantaine de chèvres, permettant ainsi la sauvegarde des prés et des pâturages de l'endroit. Une petite turbine hydraulique produit l'électricité nécessaire aux habitants et aux hôtes et la captation d'une source les approvisionne en eau. Le sens de l'hospitalité et le logement dans les bâtiments typiques permettent aux excursionnistes d'y passer la nuit et de se restaurer agréablement.

Le petit musée du foin de montagne
Le principal attrait de l'itinéraire est le petit musée installé à Sert. Le musée était l'habitation saisonnière de Luigi Berri (1904-1988) qui, à la fin des années '60 lorsqu'il cesse d'y séjourner, le laisse en état avec les ustensiles et outils de sa vie quotidienne, notamment ceux employés pour la récolte du foin de montagne.

Murs de pierres sèches
Les prés de Odro sont délimités en altitude par de magnifiques murs de pierres sèches.

Ancrages (battues) des câbles de transport
Au-dessus de Odro, il est encore possible d'observer les restes des battues des câbles qui traversaient la vallée. Le départ des câbles se trouve au-dessous de l'Alpe Bardüghè sur le versant opposé, montrant ainsi que les fils formaient un véritable réseau de transport.

Alpe Bardüghè
A 1600 m se trouve un vaste plateau utilisé comme alpage estival et pâturage du bétail, selon le système d'exploitation alpestre traditionnel.

La forêt de hêtres
Au-dessous de l'alpage de Bardüghè, à 1500 m d'altitude, se trouve un magnifique bosquet de hêtres indiqué par le toponyme Faisc (qui signifie hêtre en dialecte local). Cet endroit était aussi appelé «bois sacré», dénomination qu'on retrouve assez fréquemment dans l'arc alpin et qui pourrait faire allusion à la fonction protectrice de ce bois contre les avalanches. Personne, pour aucune raison, ne pouvait se rendre dans un bois sacré pour couper du bois. En été cet endroit représentait aussi un abri contre le soleil pour le bétail de l'alpage voisin, d'où l'autre nom donné au lieu: «Merisg da Bardüghè» (littéralement: «Midi de Bardüghè»).

Les châtaigniers géants
A partir de 900 m on traverse une forêt de châtaigniers centenaires, malheureusement abandonnée depuis des décennies et qui s'est transformée en une épaisse forêt mixte. Quelques exemplaires impressionnants par leurs formes et dimensions témoignent de l'importance de la culture des châtaigniers et de ses produits autrefois indispensables. À ce propos on rappelle ici l'intéressant fascicule de Laura Sofia sur le thème de la châtaigne, paru dans la collection «Le Voci» du CDE et la recherche menée par l'Institut fédéral de recherche WSL sur les plus anciens châtaigniers présents sur le territoire de la Suisse italienne. Le châtaignier que nous pouvons observer ici, en très mauvaises conditions, est l'un des 310 châtaigniers géants recensés. Le choix de l'emplacement de ce châtaignier, par rapport au sentier qui le contournait autrefois et aux terrains qu'il dominait, n'est pas dû au hasard.

La vigne
Au-dessus de Costapiana se trouve une vigne encore exploitée avec des moyens traditionnels. Les vieux ceps de vigne résistante et les châtaigniers sont caractéristiques du paysage et témoignent de leur grande importance pour l'économie de subsistance du passé.

Adresse

6632 Vogorno

Durée

5h 30

Typologie

Circulaire

Difficulté 

Moyenne

Distance

11 949m

RANDONNEES

  • Adultes
  • conseillé par SuisseMobile
  • Culturel
  • Gastronomique
  • Panoramique

Emplacement Itinéraire

Montée

1 500m

Altitude

1 633m

Descente

1 494m