50 ans sur scène

La famille Dimitri fête le 50ème anniversaire du Teatro Dimitri, le théâtre créé à Verscio en 1971 par le célèbre clown Dimitri et son épouse Gunda et qui au fil du temps est devenu un repère pour tout le théâtre tessinois. David Dimitri, un des fils du clown, nous raconte comment ses parents ont créé le théâtre et pourquoi chacun devrait saisir l’occasion de visiter ce splendide centre culturel au cœur de Verscio. «Cette année est spéciale car nous célébrons les 50 ans du Teatro Dimitri, qui a été créé en 1971. Quand mon père était en tournée avec le cirque Knie, ma mère était ici à Verscio à tout préparer pour qu'à son retour le théâtre soit prêt pour son premier spectacle. Pour l'occasion, nous organisons une grande fête du 17 au 19 septembre 2021». Le dimanche 19, les portes seront ouvertes à tous les curieux.

Museo Comico

Nous sommes à Verscio, un village des Terre di Pedemonte avec un centre très bien conservé et caractérisé par des toits en pierre traditionnels et des ruelles étroites bordées de maisons. Malgré le réseau complexe de petites rues, il est facile de trouver le théâtre que le clown Dimitri a ouvert ici avec son épouse en 1971, il y a 50 ans : les panneaux avec le clown et la typo caractéristique « Teatro Dimitri » nous guident vers un complexe de maisons, le cœur du centre culturel qui s’est développé autour du nom du clown.   

«Ce théâtre est né ici parce que mon père cherchait un endroit pour se produire dans les années 1960, quand il est devenu connu. Comme il est né à Ascona, il était très attaché à cette région, de plus il y avait de l'énergie sur le Monte Verità, il y avait un mouvement de personnes alternatives dans le Val Onsernone, il voulait vraiment faire quelque chose ici. Il a donc trouvé ce petit complexe de trois vieilles maisons dans le centre du village de Verscio, avec une grande cave dans laquelle il a créé son premier théâtre. C'était une petite salle de 100 places. Je me souviens que lorsque j'étais petit, nous avions l'habitude de nous asseoir à l'arrière et de le regarder le soir, c'était magnifique», raconte David Dimitri. Quelques années plus tard, Dimitri, qui voulait transmettre son art aux jeunes, a fondé l'école de théâtre Dimitri. «A cette époque, il n'y avait rien de tel, il n'y avait que des écoles de théâtre. Mon père voulait créer quelque chose pour ceux qui voulaient se spécialiser dans la comédie et la clownerie. Au fil des ans, l'école est devenue l'une des quatre écoles de théâtre universitaires de Suisse. C'était une étape très importante, l'école est entrée dans le village, s'est étendue un peu partout à Verscio, qui vit au rythme de l'école et donne quelque chose d'unique aux élèves».

Une dizaine d’années plus tard, dans les années 1980, la petite salle est devenue trop petite, car tout le monde voulait voir Dimitri. Alors, le clown fit construire la sale actuelle, avec près de 200 places. Cette scène est désormais historique, elle a accueilli des artistes de renommée internationale. Au théâtre Dimitri il y a des spectacles pour tout le monde, des magiciens, des artistes du cirque, des musiciens, des comédiens et bien d’autres. Il n'est même pas nécessaire de connaître l'italien, car de nombreux spectacles sont dans le style de Dimitri, dans lequel les mots ne sont pas nécessaires. Souvent, il y a aussi des représentations en allemand ou en français.

La particularité de la salle est qu’elle était la scène du clown Dimitri, bien sûr. Mais cela ne s'arrête pas là. Elle est construit de façon magistrale, avec une acoustique splendide et une scène adaptée à chaque représentation. «Mon père a essayé de construire cette salle pour que, de tous les sièges, on puisse voir toute la scène, et pas seulement une partie parce qu'il y a d'autres personnes devant». Cette scène a été utilisée par de grands noms tels que Mummenschanz, qui ont pratiquement fait leurs débuts ici, le comédien Emil, l'auteur-compositeur et poète allemand Wolf Biermann, Max Frisch, Richard Galliano et Peter Brook. Dans le répertoire, il y a aussi toujours la famille Dimitri, qui présente sa propre pièce, créée par Dimitri lui-même. «Maintenant, mon père et ma mère ne sont plus là. C'est nous maintenant, mes sœurs, mes frères, qui essayons de perpétuer la tradition. Chaque année, en juillet et août, il est incroyable de voir le nombre de personnes qui viennent du monde entier pour visiter la région d'Ascona-Locarno. C'est une région fantastique, il y a les montagnes et le lac, il y a toujours du soleil... et le soir on vient au Teatro Dimitri!»
Outre le théâtre, les jours de spectacle, on peut visiter le Museo Comico, qui expose des affiches, des photographies, des instruments de musique, des objets, des masques, des clowns et des éléphants de toutes sortes, se promener dans le parc et déguster les délices du bistrot.

 

Recherche sur ascona-locarno.com


Résultats