Le travail du bois



Il n'était pas difficile autrefois de rencontrer, parmi les paysans, les bergers et les artisans, une personne sachant travailler le bois, par plaisir ou nécessité. Du bâton de montagne gravé d'initiales à la poupée pour enfants ou à l'objet domestique : tout était fait à la maison ou au village.
Les musées ethnographiques de la Suisse italienne exposent de nombreux objets sculptés en bois d'érable, de frêne, de châtaignier, de noyer. Le montagnard découpait et décorait des colliers pour ses bêtes, des moules à beurre, des couverts et des plats à polenta. Dans les cuisines abondaient armoires, coffres, cuillères, buffets.
On réalisait pour les enfants des berceaux décorés, des jouets, de petites chaises. La « cadola » était fort utile au paysan pour transporter le bois et autres charges.
Etaient aussi réalisés crucifix, coffrets, fuseaux à filer, bibelots, etc. Aujourd'hui, le travail du bois ne répond plus à des besoins immédiats mais constitue un élément de redécouverte des traditions montagnardes et participe du nouvel intérêt pour les matériaux naturels, notamment dans la création de beaux jouets, solides et écologiques et d'ustensiles de cuisine (couverts, récipients).

Durant les dernières décennies, l'usage du tour a élargi les possibilités de travail du bois, laissant quoi qu'il en soit le premier rôle au génie et au talent manuel.

Recherche sur ascona-locarno.com


Résultats