Al füm dala Grà

Moghegno

Les traditions liées aux châtaignes sont très nombreuses au Tessin, et pour des bonnes raisons. Même si aujourd’hui on s’en souvient presque qu’en automne, quand le parfum des marrons grillés se répand dans l’air, la châtaigne faisait autrefois partie intégrante de notre alimentation.

Chaque année, la Grà de Moghegno perpétue l'une des nombreuses traditions qui menacent de se perdre, mais pas seulement : grâce à eux, la tradition du séchage des châtaignes est transmise aux nouvelles générations.

La grà

Les châtaignes étaient un aliment indispensable pour le régime alimentaire d’autrefois. Cette farine était moins chère que celle du blé et on les consommait entières pour accompagner les légumes, le riz, la viande, dans les soupes et les desserts…Cependant, il s’agit de fruits délicats qui peuvent être endommagées par la moisissure et les larves, donc on devait trouver un moyen de les conserver pour pouvoir les manger tout l’hiver. Le séchage sur claies était l’une des méthodes les plus répandues au Tessin. C’est pourquoi on y trouve encore de nombreuses grà, petits bâtiments en pierre utilisés pour sécher les châtaignes.  


La tradition en détail

Le chargement de la grà

Les châtaignes récoltées pendant la saison sont transportées à la grà, où elles sont pesées et enregistrées avant d’être placés sur la claie à l’étage supérieur du petit bâtiment. Ensuite, on allume le feu au rez-de-chaussée, qui est préparé avec du bois de châtaignier. À Moghegno, le chargement a lieu de 10h30 à 12h30.


Séchage
Una fois le chargement effectué, la partie la plus longue et la plus laborieuse commence. Le feu est maintenu en vie pendant trois semaines. Dans cette phase, la chose la plus importante est la chaleur qui se développe grâce au feu. C’est pourquoi les flammes sont protégées par les restes des coques des châtaignes de l’année précédente, pour les empêcher de monter trop haut. Pendant ces trois semaines, les châtaignes doivent être remuées tous les 3-4 jours et le feu est contrôlé 3 fois par jour.

Le déchargement de la grà
Après trois semaines, les châtaignes auront perdu un tiers de leur poids. Elles sont prêtes à être déchargés ! Les châtaignes encore chaudes sont placées dans de longs sacs en toile pour être battues. La tradition veut que les hommes s’occupent de ce passage, qui consiste à battre les sacs sur des bûches de bois pour écraser la peau jusqu'à ce qu’on entend le bruit changer. Aujourd'hui, cette partie est confiée aux enfants des écoles qui participent au projet. Après le battage, les châtaignes sont placées dans le val et séparées de la coque en poudre. Les restes de la coque seront utilisés l'année suivante pour couvrir le feu de la grà. La dernière étape consiste à nettoyer les châtaignes blanches à la main. Autrefois ce passage servait aussi à séparer les plus belles châtaignes, destinées à être consommées entières, et celles déjà broyées qui allaient devenir farine. Après le nettoyage, les châtaignes sont restituées à leur propriétaire.

Le déchargement de la grà est aussi une occasion importante pour les enfants de se rapprocher de la culture de la châtaigne. Pendant le déchargement, les écoles sont impliquées non seulement dans des activités directes comme le battage des châtaignes, mais aussi dans un parcours éducatif animé par une série de stations où l'on peut apprendre des histoires e des curiosités des châtaignes et de Moghegno.

C'est aussi le moment idéal pour emprunter le sentier thématique Moghegno e la grà et découvrir tous les secrets du séchage des châtaignes dans un contexte qui a le goût du passé.

Recherche sur ascona-locarno.com


Résultats