Partneaires de vie. Jawlensky, Werefkin et Ascona

Le 20 septembre, l'exposition "Alexej Jawlensky et Marianne Werefkin - Compagni di vita" s'ouvre au grand public au Museo Comunale d’Arte Moderna (Musée municipal d'art moderne) d'Ascona. Une exposition qui, pour la première fois, présente ensemble les deux artistes russes qui ont ouvert la voie à l'avant-garde expressionniste, dans une perspective de dépendance et de croissance mutuelle, à travers les œuvres qui ont marqué leur évolution et dans les villes qui ont été leur foyer : Munich, Wiesbaden et Ascona.

« Le lien qui m’a uni à elle a complètement changé ma vie. Je suis devenu le compagnon de cette dame gentille et douce, dotée d’un talent extraordinaire ». C'est ainsi que Jawlensky décrit sa première rencontre avec Werefkin. Nous sommes en 1892, et le peintre Il'ija Repin présente à son élève préférée un jeune artiste talentueux et prometteur. Entre les deux, c’est une entente immédiate. À partir de ce moment, ils peignent ensemble pendant des années, unis par des passions, des intérêts et des idéaux communs et un amour profond et compliqué. Ils ne se sont jamais mariés. Ils étaient Lebensmenschen. Partenaires de vie.

Marianne Werefkin était une femme extrêmement émancipée dans un monde d’hommes. De père militaire et de mère artiste, héritière d'une famille très proche du Tsar, elle était une femme cultivée, au caractère fort et à l'esprit révolutionnaire, qui savait polariser l'attention des gens. Pour elle, la bénédiction donne par son père à propos de son lien avec Jawlensky était bien plus précieuse que n'importe quel mariage. Pendant l'automne 1896, les deux artistes s'installent à Schwabing, le quartier des artistes de Munich. Et c'est là que Werefkin décide d'abandonner la peinture pour se consacrer corps et âme à la promotion du talent de Jawlensky, convaincu que, dans un milieu masculin comme l'art, seul un homme pouvait le renouveler : « Que pourrais-je accomplir en travaillant, même si c'est de façon admirable ? Un travail qui ne sera peut-être pas mauvais. J'aime trop mon art pour le réduire à si peu. Alors que si je ne peins pas et je me consacre entièrement à ce en quoi je crois, la seule véritable œuvre, l'expression de la foi artistique, verra le jour, et pour l'art, ce sera une grande réussite". En janvier 1902, la situation commence à se compliquer : de la relation de Jawlensky avec Hélène Neznakomova - la domestique personnelle de Werefkin qui les avait suivis de Russie à Munich - naît Andreas, et l'équilibre familial du couple est rompu. C'est le début d'un long voyage que Werefkin élabore à travers ses Lettres à un Inconnu, un journal intime qu’elle écrit en français.

Werefkin ne recommence à peindre qu’en 1906. Elle avait probablement réalisé qu'elle et Jawlensky avaient chacun leur propre idée sur la façon dont l’art devait être révolutionné. En 1914, la Première Guerre mondiale les oblige à se réfugier en Suisse, d'abord sur le lac Léman, puis à Zurich et enfin à Ascona. Sur le lac Majeur, Marianne Werefkin trouve une nouvelle vie. « Ascona m'a appris à ne mépriser rien d'humain, à aimer de la même façon l'immense fortune de la créativité et la misère de l'existence matérielle, et à les porter en moi comme un trésor de l'âme ».

Après s'être réfugié en Suisse, le couple d'artistes a atteint Zurich en 1916, où ils se sont intégrés à l'environnement culturel et artistique, rencontrant d'anciens et de nouveaux amis. C'est grâce à cette connaissance et sous l'influence encore forte du Monte Verità, devenu un creuset d'artistes, qu'ils décident de s'installer à Ascona en 1918. Deux ans plus tard, Jawlensky choisit de s'installer à Wiesbaden avec Hélène et Andreas, quittant Werefkin après presque trente ans de vie commune. Privé de son compagnon de vie et de la pension d'orpheline de son père - en raison de la révolution -, Werefkin connaît pour la première fois de sa vie la solitude et la pauvreté. Mais sur le lac Majeur, elle trouve aussi une nouvelle vie, un foyer et une famille. Elle s'intègre parfaitement dans la vie du village, fonde avec Ernst Kempter le musée municipal, apprend le pardon et devient la "grand-mère d'Ascona", comme elle se définira. Non seulement elle trouve un nouvel endroit où vivre, mais aussi un nouvel amour et une inspiration artistique renouvelée. Avec la force et la beauté de sa nature, avec le grand cœur de ses habitants et avec sa riche histoire, Ascona a permis à cette peintre extraordinaire de trouver exactement ce qu'elle cherchait. 

Recherche sur ascona-locarno.com


Résultats